Deps

Statistique Publique Service statistique ministériel
Département des études de la prospective et des statistiques - DEPS
Service de coordination des politiques culturelles et de l'innovation (SCPCI)
Secrétariat général

Le DEPS (Département des études, de la prospective et des statistiques) appartient au système de la statistique publique nationale. Il est le service d'études en sociologie et économie de la culture et le service statistique ministériel, rattaché à l'Insee, du ministère de la Culture et de la Communication.
Présentation détaillée...



| ACTUALITÉS | News in english...



Rencontres

 

29 novembre 2011 à la Cité de la Musique

Intermédiaires du travail artistique . A la frontière de l'art et du commerce

Présentation et débat autour de l'ouvrage édité par le DEPS

programme (pdf)

    inscription : contact.deps@culture.gouv.fr

plan d'accès (pdf)

>> Archives

publication
Publications

octobre 2011

Dépenses culture-médias des ménages en France au milieu des années 2000 : une transformation structurelle
Cultural and media expenditure of households in France in the middle of the 2000s: a structural transformation

Bruno Maresca, Romain Picard, Thomas Pilorin (12 p., septembre 2011)

Programme Économie de la culture et de la communication

Résumé

L’analyse des dépenses que les ménages français consacrent aux biens et aux services culturels et de communication permet de prendre la mesure des évolutions au cours des années 2000. Si elles ont diminué en 2006 par rapport à 2001 et ne représentent plus que 4 % du budget disponible contre 4,5 % cinq ans plus tôt, la structure des dépenses culture-médias s’est considérablement transformée. La numérisation des biens culturels a amplifié la transition vers une industrie de services. L’analyse confirme l’influence de l’âge, du niveau d’études, de la catégorie socioprofessionnelle et de la taille de la commune de résidence dans la part des dépenses qu’un ménage français consacre aux dépenses culturelles. Une approche typologique des dépenses identifie trois univers de consommation culturelle : la culture « traditionnelle », la culture de l’écran et la culture « jeune ».

Abstract

Analysis of the expenditure that French households devote to cultural goods and cultural and communication services permits assessment of changes in the 2000s. Although they have fallen in 2006 compared to 2001 and no longer represent more than 4 % of the available budget against 4.5 % five years earlier, the structure of cultural and media expenditure has changed considerably. The digitisation of cultural goods has amplified the transition to a service industry. The analysis confirms the influence of age, level of education, social and professional category and size of the commune of residence in the share of expenditure that a French household devotes to cultural expenditure. A classification approach to expenses identifies three cultural consumption worlds: “traditional” culture, screen culture and “youth” culture.

 

 

juin 2011

Formations artistiques, culturelles et en communication en 2009 : 155 000 étudiants dans des filières très diversifiées
Bruno LUTINIER, Bruno DIETSCH, Marie-Françoise SOTTO (4p., mai 2011)
Programme
TRANSMISSION

Résumé
Un étudiant sur quinze en France métropolitaine et dans les départements d’outre-mer suit une formation artistique, culturelle ou de communication, soit 155 000 étudiants en 2009. Ils sont principalement inscrits dans les formations artistiques ou culturelles (113 000). Très variées, ces formations sont fortement féminisées, plus souvent proposées dans un établissement d’enseignement privé que l’ensemble de l’enseignement supérieur et fortement concentrées à Paris. Le poids de l’université dans ce secteur a diminué en dix ans. Les cursus licence et doctorat sont davantage représentés que dans les autres formations universitaires. En plein essor, les formations de communication sont essentiellement universitaires (79,6 %) et elles sont très fortement féminisées.

 

L’emploi salarié dans le spectacle en 2008 : une diversité de situations
Marie GOUYON (8p., juin 2011)
Programme
EMPLOI, TRAVAIL, ACTIVITÉS

Résumé
En 2008, 440 000 personnes sur les 23 millions de salariés en France ont travaillé au moins une heure dans le secteur du spectacle (audiovisuel et spectacle vivant). Les volumes de travail et les rémunérations sont fortement concentrés par une minorité de salariés : 5% des salariés du spectacle perçoivent 30% du total des rémunérations. Polyvalence et pluriactivité caractérisent le salariat dans le spectacle, ce qui se traduit par une fragmentation de l’emploi : important recours aux contrats à durée déterminée et perception d’indemnités chômage en complément des salaires. Une typologie des salariés, articulée autour du volume de travail et du montant des salaires horaires, permet de caractériser six types principaux, des professionnels les plus impliqués, qui exercent au moins les trois quarts de leur activité dans le spectacle vivant (35%) ou dans l’audiovisuel (37%), aux salariés épisodiques (11% dans l’audiovisuel et 17% dans le spectacle vivant).

Abstract
In 2008, 440,000 of France’s 23 million salaried workers did at least an hour’s work in the entertainment sector (audiovisual and live performance). Work volumes and pay levels are highly concentrated in the hands of a minority of these salaried workers, with 5% of salaried entertainment workers accounting for 30% of total income revenues.
Salaried workers in the entertainment sector are typically flexible and multiskilled, which results in job fragmentation: there is significant reliance on open-ended contacts and benefits payments to top up salaries. Examining workers in terms of their volume of work and hourly rates gives a clear breakdown of 6 main types of worker, from the more committed professionals who spend at least three quarters of their working life in live entertainment (35%) or in audiovisual (37%), to casual workers (11% in audiovisual and 17% in live entertainment).


Intermédiaires du travail artistique
À la frontière de l'art et du commerce
Wenceslas LIZE, Delphine NAUDIER, Olivier ROUEFF
Diffusion La Documentation française

ISBN 978-2-11-128142-4
12 € (264 p., juin 2011)


À la figure historique de l’imprésario lyrique du XVIIIe siècle a succédé aujourd’hui le manager de musiques actuelles, mais aussi, dans d’autres secteurs artistiques, l’agent de « talent » cinématographique, l’agent littéraire, l’acheteur d’art ou encore le directeur de casting. Tous partagent une fonction d’intermédiaire : plaque sensible des mondes de l’art, ces professionnels méconnus interviennent dans l’appariement de l’offre et de la demande de travail artistique comme dans la conversion des valeurs artistiques et économiques.

Dénoncés tantôt comme parasites inutiles, tantôt comme comploteurs tout-puissants, les intermédiaires sont pourtant de plus en plus sollicités par les artistes et leurs employeurs. De fait, si les normes et pratiques professionnelles varient selon les générations et selon les disciplines, ils sont voués à l’intégration des logiques économiques dans le monde de l’art et contribuent à structurer les marchés du travail sur lesquels ils interviennent.

L’ouvrage propose une analyse de l’activité des intermédiaires dans les domaines de l’édition littéraire, du cinéma, de la photographie publicitaire, de la musique classique et des musiques actuelles. Des portraits comparés illustrent une typologie inédite des différentes postures d’intermédiation, articulées autour de la tension entre art et commerce.

Wenceslas Lizé est maître de conférences à l’université de Poitiers (Groupe de recherches et d’études sociologiques du Centre Ouest). Delphine Naudier et Olivier Roueff sont tous deux chargés de recherche au CNRS. Delphine Naudier appartient au laboratoire Cultures et sociétés urbaines du Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris et Olivier Roueff au laboratoire Professions Institutions Temporalités.

mai 2011

Politiques d'éducation artistique et culturelle : rôle et action des collectivités locales
Artistic and cultural education policies : the role and action of local authorities

Françoise ENEL (8 p., avril 2011)
Programme POLITIQUES PUBLIQUES et RÉGULATIONS

Le développement de politiques d’éducation artistique et culturelle initiées par les collectivités territoriales depuis une vingtaine d’années donne lieu aujourd'hui à une mosaïque de dispositifs. À partir d’une observation menée en Nord – Pas-de-Calais et dans les Pays de la Loire, et après une présentation de la structuration de la politique d’éducation artistique et culturelle entre État et collectivités territoriales d’un point de vue historique, l’étude analyse les différentes configurations et stratégies développées à l’échelon territorial.

Cinq configurations types sont identifiées : une politique d’éducation artistique et culturelle intégrée à la politique locale, une politique ciblée autour d’une discipline (spectacle vivant par exemple), une gouvernance multipolaire, une approche segmentée où acteurs et dispositifs se juxtaposent et enfin une mise en œuvre externalisée. Enfin, l’étude rappelle que le contexte de mutation politique et technologique est propice à une redéfinition du sens de l’action publique et de ses modalités en faveur notamment du développement des actions d’éducation artistique et culturelle.

avril 2011

CC-2011-2 Diversité des carrières d’auteur de l’audiovisuel et du spectacle vivant.
Les auteurs de la SACD, 1997-2008

Marie GOUYON
(32 p., avril 2011)
Programme : EMPLOI, TRAVAIL, ACTIVITES
En 2008, la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) a versé 136 millions d’euros de droits à 17 700 auteurs et compositeurs dramatiques. Entre 1997 et 2008, les répertoires gérés par la SACD ont beaucoup évolué, en particulier celui de l’audiovisuel, du fait des mutations technologiques intervenues depuis la fin des années 1990 dans ce secteur : apparition puis généralisation de la télévision numérique terrestre (TNT), développement des chaînes thématiques, etc.
Les auteurs se distinguent nettement les uns des autres selon le répertoire (audiovisuel ou spectacle vivant) auquel ils participent, leur durée et leur volume de production, leur niveau de contributions aux diffusions et aux représentations, ainsi par les montants de droits perçus. La population des auteurs et compositeurs dramatiques reste âgée et très masculine, bien que les femmes y soient de plus en plus nombreuses.

CC-2011-3 Écrivains, photographes, compositeurs… Les artistes auteurs affiliés à l’Agessa en 2008
Marie GOUYON
(8 p., avril 2011)
Programme EMPLOI, TRAVAIL, ACTIVITES
En 2008, l’Association pour la gestion de la sécurité sociale des auteurs (Agessa) affilie 11 000 artistes auteurs, principalement du livre, de la photographie et de l’audiovisuel. Leur nombre s’est élevé de 58% au cours des quinze dernières années. Les deux tiers des artistes auteurs affiliés sont des hommes. Toutefois, les femmes sont de plus en plus nombreuses, en particulier parmi les écrivains, les photographes et les auteurs d’œuvres audiovisuelles et dramatiques. La population des artistes auteurs est assez âgée (49 ans en moyenne) et fortement implantée en Île-de-France. La moitié se partage moins de 10% de l’ensemble des revenus d’auteurs affiliés à l’Agessa, tandis que les 10 % d’artistes auteurs les mieux rémunérés concentrent à eux seuls plus de la moitié de ces revenus.

CC-2011-4 Peintres, graphistes, sculpteurs… Les artistes auteurs affiliés à la Maison des artistes en 2009
Marie GOUYON (8 p., avril 2011)
Programme EMPLOI, TRAVAIL, ACTIVITES
En 2009, la Maison des artistes affilie 24 000 artistes auteurs, principalement graphistes et peintres. Leur nombre s’est élevé en moyenne de 6 % par an entre 1999 et 2006 et est relativement stable depuis 2007. Près de 60 % des artistes auteurs affiliés sont des hommes. Toutefois, les femmes sont de plus en plus nombreuses, en particulier parmi les plasticiens, les peintres et les graveurs. Les artistes auteurs sont âgés en moyenne de 44 ans et vivent pour plus de la moitié en Île-de-France. La moitié se partage 15% de l’ensemble des revenus d’artistes auteurs affiliés à la Maison des artistes, tandis que les 10 % d’artistes auteurs les mieux rémunérés concentrent à eux seuls 43 % de ces revenus.

 

Couverture de l'ouvrageChiffres clés 2011
L’édition 2011 de l'annuaire est composée de trois grands chapitres : patrimoines, création artistique, médias et industries culturelles, complétés par les thématiques transversales que sont l’enseignement et la formation artistique, le financement de la culture, l’emploi ou encore les droits d’auteurs.
En vente à La documentation Française (251 p., 20 €), l’annuaire est également mis en ligne sur le site du DEPS, par thèmes au format pdf.

Mini Chiffres clés, version abrégée de Chiffres clés, est également disponible en langue anglaise : Mini Keys Figures 2011.


mars 2011

couverture de l'ouvrage Culture et Médias 2030. Un exercice de prospective de politiques culturelles, 208 p., 12 euros, ISBN 978-2-11-128141-7
Quels facteurs détermineront l’évolution de la politique culturelle de l’État d’ici 2030 ? Quelles conséquences le changement climatique, la mobilité, l’allongement de la durée de vie ou l’évolution des revenus auront-ils sur la conservation du patrimoine, les visites de musées, le goût pour les concerts, la préférence pour les cultures numériques ou l’imprimé ? Quelles positions les industries culturelles et médiatiques nationales occuperont-elles sur les marchés du tout numérique ? Quels rôles l’Europe, les collectivités territoriales et l’État joueront-ils dans le domaine culturel ? Quelles pratiques seront dites culturelles dans deux décennies ? Quel sera notre devenir culturel ?
Mené par le Département des études, de la prospective et des statistiques du ministère de la Culture et de la Communication, Culture & Médias 2030 est un exercice inédit de prospectives culturelles. Il explore les facteurs, les tendances et les ruptures possibles des politiques culturelles. Quatre scénarios, futurs possibles, s’y déploient : « L’exception continuée », « Le marché culturel », « L’impératif créatif », « Culture d’identités ». Il ne s’agit pas d’en choisir un, mais de déceler les défis, d’identifier des enjeux à moyen terme des politiques culturelles de l’État, pour en débattre, de permettre de décider de stratégies, et de se donner les moyens de les mettre en œuvre.
En vente à la Documentation française
La présentation de Culture & Médias 2030 en ligne : http://www.culturemedias2030.culture.gouv.fr


CP-2011-1 : Prospective du commerce physique de biens culturels
Outlook for the Physical Trade in Cultural Goods

Philippe MOATI (16 p. , mars 2011)
Programme ÉCONOMIE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION
Si le commerce physique des biens culturels reste le maillon économique central de l’économie de la création, quel est son avenir dans le contexte de la révolution numérique qui tend à déstructurer les filières par le double effet de la dématérialisation des contenus culturels et de la migration d’une partie de l’offre et des transactions dans l’univers numérique ? L’exercice prospectif à court terme (horizon 2015) tente, à partir de l’identification des tendances lourdes et de l’observation des stratégies actuelles d’adaptation des acteurs, d’envisager trois scénarios d’évolution des filières dans quatre secteurs culturels : musique enregistrée, livre, jeu vidéo et films en vidéo.
Although the physical trade in cultural goods remains the central link in the chain of the creative economy, what future does it face in the context of the digital revolution, which is demolishing traditional industries through the double whammy of dematerialising cultural content and the partial migration of supply and transactions into the digital sphere? This short-term (i.e. up to 2015) predictive exercise takes both the identification of the major trends and the observation of the various players’ adaptive strategies as a basis for predicting three likely future industry outcomes within the four cultural sectors of recorded music, books, video games and recorded films.


CC-2011-1 Portrait économique des diffuseurs d’art actuel inscrits à la Maison des artistes
Economic picture of contemporary art dealers registered with the Maison des Artistes

Muriel DE VRIÈSE, Bénédicte MARTIN, Nathalie MOUREAU, Dominique SAGOT-DUVAUROUX (8 p. janvier 2011)
Programme ÉCONOMIE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION
L’analyse de l’activité économique des diffuseurs d’art actuel s’appuie sur les déclarations de rémunération et de ventes d’œuvres d’art d’artistes français effectuées par les diffuseurs auprès de la Maison des artistes, organisme gestionnaire des contributions au régime de sécurité sociale des artistes. L’examen du chiffre d’affaires, corrélé à la forme juridique du diffuseur, à l’ancienneté de la structure, à sa localisation géographique et aux liens entretenus avec les artistes qu’elle diffuse, permet de caractériser l’activité de diffusion et de dresser des profils distincts. L’analyse révèle également la concentration de l’activité de diffusion au sein des galeries d’art parisiennes, plus importantes en nombre et en taille économique, et la caractérise.

février 2011

CE-2011-1 Diffusion et valorisation de l'art actuel en région
Une étude des agglomérations du Havre, de Lyon, de Montpellier, Nantes et Rouen

Muriel de Vrièse, Bénédicte Martin, Corinne Melin, Nathalie Moureau, Dominique Sagot-Duvauroux (16 p. janvier 2011)
Programme ÉCONOMIE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION
À partir de l’examen des différents canaux de diffusion et de valorisation de la création contemporaine dans les agglomérations de Lyon, Montpellier, Nantes, Le Havre et Rouen, l’étude propose une topographie des mondes de l’art actuel qui s’organise autour de pôles principaux : le monde institutionnel et le monde marchand, qui ont chacun leurs mondes intermédiaires. Elle identifie différents modèles économiques de l’art fondés sur une double distinction : économie d’œuvres versus économie de projet d’une part, innovation versus tradition d’autre part. L’étude propose une typologie inédite des galeries et met en évidence des profils d’artistes (formation, carrière, lieux de diffusion, rémunération) différents selon le modèle économique au sein duquel ces artistes évoluent.

décembre 2010

L’enfance des loisirs. Trajectoires communes et parcours individuels de la fin de l’enfance à la grande adolescence
Sylvie OCTOBRE, Christine DÉTREZ, Pierre MERCKLÉ, Nathalie BERTHOMIER
«Dis-moi… »
Dis-moi quels sont tes loisirs, et je te dirai qui tu es. Dis-moi qui tu es, je te dirai ce que tu fais. Dis-moi ce que tu fais, je te dirai à qui tu ressembles. Dis-moi ce que tu fais, je te dirai ce que tu feras.
Quatre demandes comme quatre questions à un champ encore au stade de l’enfance : la culture, de l’enfance à la grande adolescence. Longtemps considérés comme des « héritiers » reproduisant les comportements parentaux, volontiers décrits comme des consommateurs passifs soumis à la profusion de l’offre médiatico-publicitaire des industries, les discours sur les rapports des enfants à la culture oscillent entre angélisme techniciste – ils seraient naturellement digitaux – et paniques morales.
L’ouvrage prend un autre parti : l’observation des comportements culturels de près de 4 000 enfants suivis de 11 ans à 17 ans. Il analyse en quoi les loisirs sont des espaces d’expression d’un rapport à la culture et plus largement au monde. Il examine que filles et garçons occupent des espaces culturels distincts : Barbie et goût de la conversation versus football et jeux vidéo. Il met en lumière la construction des différences de genre, socialement situées, dans l’espace des loisirs, le jeu des influences – école, institutions culturelles, copains, médias… – et la faculté des enfants à les métisser pour se construire un goût.
Au-delà des trajectoires communes, chaque parcours individuel est le fruit d’un processus de construction, fait de découvertes, de choix ainsi que de renoncements. L’ouvrage invite à la découverte de la fabrique des loisirs de l’enfance, chez ceux qui formeront les publics de demain.
Diffusion : La documentation Française - www.ladocumentationfrancaise.fr/catalogue/9782110975454/index.shtml
ISBN : 978-2-11-097545-4
Prix : 20 €

Enfance & culture. Transmission, appropriation et représentation
Sous la direction de Sylvie Octobre
« Il était une fois… »
Cette formule inaugure bien des histoires pour enfants, dont la plupart racontent des rencontres.
Celle dont il est question ici concerne deux objets sociologiques : la culture et l’enfance.
À la croisée des recherches sur l’enfance, la famille, l’éducation et les loisirs, la rencontre de ces deux objets scientifiques ouvre des perspectives de dialogue pour différentes disciplines : ethnologie, anthropologie, sociologie.
Les articles réunis dans cet ouvrage rendent compte de la richesse de cette rencontre, en explorant tout à la fois la diversité des âges, de la petite enfance à l’adolescence, celle des thématiques, entre socialisations de classe et de sexe, juvénile et familiale, et celle des pratiques, de la fréquentation des équipements culturels aux pratiques numériques et multimédiatiques.
Il était une fois une plongée dans les cultures enfantines…
Martine Azam, Johann Chaulet, Frédéric Dajez, Anne Jonchery, Caroline Legault, Christine Mennesson, Gérard Neyrand, Sylvie Octobre, Christophe Peter, Marie-Laure Pouchadon, Gilles Pronovost, Jean-Pierre Rouch, Nathalie Roucous, Régine Sirota, Bérénice Waty et Joël Zaffran ont contribué à cet ouvrage.

Diffusion : La documentation Française www.ladocumentationfrancaise.fr/catalogue/9782110975430/index.shtml
ISBN : 978-2-11-097543-0
Prix : 12 €

septembre 2010

CC-2010-5 : Fréquentation des établissements publics sous tutelle du ministère de la Culture et de la Communication : 34 millions d’entrées en 2009
Visitors to public institutions under Ministry of Culture and Communication authority : 34 million admissions in 2009

Chantal LACROIX (Coll. Culture chiffres, 8 p. , septembre 2010)
Programme PRATIQUES ET PUBLICS
Une trentaine d’établissements publics sous tutelle du ministère de la Culture et de la Communication ont pour vocation d’accueillir du public : 2 bibliothèques, 13 établissements à caractère patrimonial (musées et monuments), 6 établissements de spectacle (théâtres et opéras) et 5 établissements à caractère polyvalent (auditorium et musée de la musique pour la Cité de la musique par exemple).
La présente étude fait le point sur la fréquentation de ces établissements. En 2009, la fréquentation totale (payante et gratuite) de ces établissements s’élève à 34 millions d’entrées.
Les musées et monuments sont les plus attractifs auprès du public, en particulier les plus importants en termes de notoriété nationale et internationale, qui participent de l’attrait touristique de la capitale française.
D’une façon générale, le nombre d’entrées tend à augmenter, une hausse qui accompagne souvent une diversification des activités proposées et des dispositifs mis en oeuvre pour favoriser l’accès au plus grand nombre.

CC-2010-4 : L’enseignement spécialisé de la musique, de la danse et de l’art dramatique en 2008-2009
Special education in music, dance and the dramatic arts in 2008-2009

Bruno DIETSCH, Marie-Françoise SOTTO (Coll. Culture chiffres, 8 p. , septembre 2010)
Programme TRANSMISSION ET LÉGITIMATION
Régulièrement réalisée par le ministère de la Culture et de la Communication, l’enquête sur l’enseignement de la musique, de la danse et de l’art dramatique informe des évolutions relatives aux effectifs d’élèves, d’enseignants, aux disciplines enseignées et aux budgets de fonctionnement de ces établissements.
En France métropolitaine, 36 conservatoires à rayonnement régional (CRR) et 101 conservatoires à rayonnement départemental (CRD) enseignaient la musique, la danse et l’art dramatique à près de 155 000 élèves au cours de l’année scolaire 2008-2009.
Les effectifs d’élèves ont progressé depuis l’année scolaire 2006-2007, date de la précédente enquête (+ 8%). L’enseignement musical reste la discipline majoritairement choisie par les élèves (86%), néanmoins l’enseignement de la danse et celui de l’art dramatique progressent de façon sensible (respectivement + 7% et + 20%).
Plus de 9 000 professeurs, toutes disciplines confondues, enseignent dans ces établissements classés. Leur financement est assuré à 79% par les collectivités territoriales.

juin 2010

CP-2010-2 : Modèles économiques d’un marché naissant : le livre numérique
Economic Models in a Growing Market : The Electronic Book

Françoise BENHAMOU, Olivia GUILLON (Coll. Culture prospective, 16 p. , juin 2010)
Programme ÉCONOMIE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION
Alors que le marché du livre numérique est encore balbutiant en France et représente moins de 1% du chiffre d’affaires des éditeurs, les stratégies commerciales mises en oeuvre par les acteurs traditionnels de la chaîne du livre et par de nouveaux entrants permettent d’esquisser différentes configurations des marchés du livre numérique.
La dématérialisation induit des mutations qui auront des conséquences sur l’ensemble de la filière : disparition et apparition d’acteurs, perte, création et déplacement de valeur, restructuration industrielle.
Les enjeux de marché, soumis à certaines contraintes techniques comme celle de l’interopérabilité entre normes de fichiers et matériels de lecture, dépendent aussi du maintien ou de l’évolution de la législation régissant le commerce du livre en France : droits de propriété intellectuelle, fiscalité, mode de fixation du prix.
Cette photographie cherche à synthétiser les futurs possibles de l’économie du livre numérique.

mai 2010

CE-2010-1 : Médiation culturelle : l’enjeu de la gestion des ressources humaines
Cultural Promotion :The Human Resource Management Issue

Nicolas AUBOUIN, Frédéric KLETZ, Olivier LENAY, (Coll.Culture études, 12 p. , mai 2010)
Programme ACTIVITÉS, EMPLOI ET TRAVAIL
Au cours des 30 dernières années, les activités de médiation culturelle ont connu un essor continu dans l’ensemble des domaines artistiques et culturels, au sein des institutions et sur les territoires, notamment sous l’impulsion des politiques publiques de la culture, de la ville et de l’emploi.
Pour autant, les activités de médiation ne constituent pas aujourd’hui un ensemble homogène ; le métier et les compétences, divers selon les établissements et les secteurs, restent peu reconnus.
Au moyen d’une méthode inédite qui se décline sous la forme de 6 configurations professionnelles, l’étude dresse un état des lieux actualisé des situations professionnelles rencontrées (contenus d’activité, statuts d’emploi, conditions d’accès et identités professionnelles) et identifie l’enjeu majeur que constitue la gestion des ressources humaines pour la professionnalisation des activités de médiation.

avril 2010

CC-2010-3 : Une typologie de l’emploi salarié dans le secteur culturel en 2007
Marie GOUYON, (Coll. Culture chiffres, 12 p. , mars 2010)
Programme ACTIVITÉ, EMPLOI ET TRAVAIL
Le salariat représente les trois quarts de l’emploi total dans le secteur culturel. Il est très singulier par rapport à l’ensemble de l’emploi salarié en France : les salariés qui interviennent dans le secteur culturel ont souvent plusieurs employeurs (y compris des employeurs à l’extérieur du champ culturel), exercent plusieurs métiers, travaillent globalement moins longtemps que les autres tout en cumulant des contrats de différents types. Il est également très diversifié, les salariés intervenant dans l’audiovisuel et le spectacle vivant évoluant dans des situations bien distinctes de celles des autres salariés du secteur culturel, en termes de temps de travail, de salaires perçus, de types de postes occupés et de professions exercées.

Les modèles économiques du livre numérique : perspectives internationales - Canada, États-Unis, Japon.
Vincent BONNEAU, Marc LEIBA (IDATE)
Réalisé pour le ministère de la Culture et de la Communication (DEPS) dans le cadre du Conseil du livre, cet état des lieux constitue l'un des volets, confiés à différentes équipes, d'une étude en cours sur les modèles économiques du livre numérique.
Présentation de l'étude au 30ème Salon du livre de Paris, le 29 mars 2010
Voir aussi la vidéo de la conférence à l'adresse : www.cnlwebtv.fr/les-modeles-economiques-du-livre-numerique-25.html

mars 2010

CC-2010-2 : Diffusion et utilisation des TIC en France et en Europe en 2009
Valérie DEROIN, (Coll. Culture chiffres, 12 p. , mars 2010)
Programme PRATIQUES ET REPRESENTATIONS
Deuxième édition d’une publication thématique destinée à devenir périodique, le dernier numéro de la collection « Culture chiffres » du DEPS fait le point sur l’équipement et les usages numériques des ménages français et européens en 2009.
Cette publication est le fruit d’une exploitation par le DEPS d’une enquête européenne réalisée par les États membres, en France par l’Insee, en application du règlement n° 808/2004 relatif aux statistiques communautaires sur la société de l’information.


appel_d'offre
Appel d'offre, Appel à proposition de recherche


Avril 2011

Département des études, de la prospective et des statistiques
Appel à projet de recherche
Le genre et la culture

De nombreux travaux quantitatifs  et qualitatifs  ont accrédité l’importance de la variable genre dans l’explication des rapports à la culture,
qu’il s’agisse de degré d’investissement dans les loisirs culturels, de composition des univers culturels, de choix de contenus et de modes de réception
mais aussi de type de sociabilité générée, de représentation de la culture et des loisirs ou encore de construction de soi via la culture et les loisirs.

Date limite de réponse : 16 septembre 2011

Documents téléchargeables :
Le texte de l'appel à projet de recherche
(en pdf)
Le formulaire de réponse 
(en .doc)

>> Archives